L'éducation de base du Bouledogue Français

Les deux premiers ordres que le chiot doit connaître sont « non ! » et « jamais ! ». On utilisera le premier pour interrompre une action qui n'est pas souhaitée à ce moment précis mais qui peut être permise dans d'autres occasions (par exemple, monter sur le canapé).

Le deuxième doit être utilisé (sur un ton encore plus péremptoire) pour les actes « tabous », ceux que le chien ne doit absolument pas accomplir, en aucune occasion (par exemple, ronger vos chaussures).

L'une des premières choses que le chiot doit apprendre, c'est à faire la fête d'une manière appropriée. S'il prend l'habitude de vous sauter dessus, il la gardera à l'âge adulte : et même si votre chien n'est pas un géant, il risquerait d'abîmer vos vêtements ou de provoquer d'autres problèmes.

Etant donné qu'en sautant le chiot essaye uniquement d'atteindre votre visage, pour éviter qu'il ne le fasse, il suffit de vous plier sur vos genoux en vous mettant ainsi à sa hauteur, ce qui lui permettra d'exprimer calmement toute son affection.

Le fait de se coucher sur le dos, le ventre en l'air est, pour un chien, un signe de capitulation ; cela signifie : « J'ai compris, tu as raison, je te demande pardon. » Lorsque le chiot se conduit de cette manière, le maître doit immédiatement cesser toute action punitive : continuer constituerait une violence (même si elle n'est que psychologique) que le chiot ne comprendrait pas et qui risquerait de lui faire perdre confiance en vous.

Voici d'autres gestes de soumission et de reddition : donner la patte, toucher le visage du maître avec son museau, faire quelques gouttes de pipi.

Faire ses besoins à la maison

Si l'éleveur vous a remis un chiot qui a subi toutes les vaccinations nécessaires, vous pourrez lui apprendre immédiatement à faire ses besoins à l'extérieur. S'il n'est pas encore vacciné et donc s'il ne peut pas encore sortir, commencez à faire son éducation en lui apprenant à faire ses besoins sur des journaux.

Le Bouledogue Français étant un chien très petit, ses déjections sont assez limitées : un journal (ou une caissette pour chats) peut se transformer en toilettes permanentes si le maître est une personne âgée ou malade qui ne peut pas sortir souvent le chien.

Dès son arrivée à la mai- son, ou immédiatement après son repas, le chiot fera ses besoins. Essayez de le poser sur quelques feuilles de papier journal que vous aurez préalablement préparées en espérant qu'il se libère : s'il le fait, félicitez-le chaudement.

S'il fait ses besoins ailleurs, les tout premiers jours, faites semblant de l'ignorer complètement : nettoyez sans qu'il vous voie puis passez immédiatement une bombe neutralisant les odeurs (que vous pourrez vous procurer dans les boutiques spécialisées).

Au bout de deux jours, une fois que le chiot aura surmonté le stress créé par la nouveauté, il faudra l'éduquer pour l'habituer à être propre.

Par conséquent, s'il fait ses besoins dans un endroit peu approprié, grondez-le et prononcez un « non ! » sec. Attention, toutefois, vous ne pourrez le gronder que si vous le prenez sur le fait. Une minute de retard et c'est déjà trop tard : le chien n'est pas capable de faire le lien entre une punition et un méfait commis précédemment, perdrait pas la raison de votre co1ère. Si vous arrivez une fois que le mal est fait, nettoyez sans que le chien vous voie puis passez de nouveau la bombe neutralisant les odeurs.

Les chiots reviennent souvent faire leurs besoins là où ils les ont faits précédemment : il est donc conseillé de mouiller une feuille de papier journal avec l'urine du chiot et de la placer parmi les autres journaux destinés à jouer le rôle de toilettes.

  

Accueil| Relation homme/chien | Education | Socialisation | Problèmes de santé | La solitude | L'hyperactivité| Le chien destructeur| Les mauvaises habitudes | Le chien voleur | Le voyage en voiture | Le chien agressif | Le chien paresseux| La niche pour chien |